Tout d’abord, l’art sacré est lié à une croyance, à une religion, à une expérience de vie spirituelle. Il se présente sous des formes artistiques diverses et suivant notre niveau de perception spirituelle. Il s’accompagne toujours d’une pratique ou d’une quête spirituelle réelle - sinon son expression reste au niveau humain.

Pour moi, je le vis comme une consécration, soumise à mon cheminement et toujours guidée par le thème que je sonde comme un mystère qui ne livrerait qu’une infime partie : ce que l’Esprit révèle aujourd’hui de la Sainte Parole, à la lumière de ma capacité de recevoir.

En ces temps où nous croyons tout comprendre, il nous faut déjà comprendre que sans quête réelle nous ne percevons rien du Divin.  Il nous faut expérimenter nos croyances et acquérir la connaissance, afin d’entamer un dialoque avec Dieu, sans Qui tout reste une abstraction ou un fantasme.

Dieu ne nous rejoint que sur Son propre chemin.

Donc, il s’agit bien de la conséquence d’une relation personnelle avec le Divin.

Nous serons forcément dépouillés sur ce chemin mais cela ne donnera pas systématiquement un art dépouillé, chacun s’exprimant selon sa forme. Nous-mêmes serons remodelés ou sculptés par le grand Artiste, le Créateur absolu.

Nul ne peut voir Dieu sans mourir.  Pourtant l’artiste peut - comme Moïse - le désirer...

oeil_visionaire

        ...et en percevoir un aspect.

 

Patricia Menouha

 


Pour continuer d’explorer le thème de l’art sacré,
cliquez ici pour voir une liste d’autres sites